LE GROUPE POLYHANDICAP FRANCE

Le polyhandicap est une situation de vie spécifique d’une personne présentant un dysfonctionnement cérébral précoce ou survenu en cours de développement, ayant pour conséquence de graves perturbations à expressions multiples et évolutives de l’efficience motrice, perceptive, cognitive et de la construction des relations avec l’environnement physique et humain.

Il s’agit là d’une situation évolutive d’extrême vulnérabilité physique, psychique et sociale au cours de laquelle certaines de ces personnes peuvent présenter, de manière transitoire ou durable, des signes de la série autistique.

La situation complexe de la personne polyhandicapée nécessite, pour son éducation et la mise en oeuvre de son projet de vie, le recours à des techniques spécialisées pour le suivi médical, l’apprentissage des moyens de relation et de communication, le développement des capacités d’éveil sensori-moteur et intellectuelles, l’ensemble concourant à l’exercice d’autonomies optimales.

Créé en 1996, Le Groupe Polyhandicap France a pour vocation de faire connaitre et reconnaître la spécificité du polyhandicap.

Présent au plan national grâce à un réseau  de correspondants régionaux, il rassemble des parents, des professionnels et des associations. Il leur apporte soutien, assistance et aide technique, tant au quotidien qu’auprès des instances publiques ou privées.

Le Groupe Polyhandicap France est une force de propositions et d’action auprès des pouvoirs publics pour défendre la qualité de vie des personnes polyhandicapées, leur droit aux soins, à l’éducation et à la citoyenneté. Le Groupe Polyhandicap France est une association de bénévoles reconnue d’intérêt général et de bienfaisance.

Nous sommes à votre écoute.

Votre soutien financier nous est indispensable pour poursuivre nos actions et nos recherches. Vous pouvez faire un don en ligne ou par courrier. Merci.

Rencontre-thématique

La première rencontre-thématique de l’année 2019 se tiendra le mercredi 23 janvier de 14 h à 17 h à l’Espace-Ethique de l’AP-HP sur le thème :

« Le transfert des tâches et des fonctions au service de la qualité de vie des personnes polyhandicapées »

Pour servir la santé et le bien-être des personnes polyhandicapées, à tous les âges de la vie, les besoins et interventions nécessaires sont multiples. Les réponses institutionnelles sont naturellement limitées, plus encore à l’âge adulte que dans les 20 premières années de vie. Qu’il s’agisse de besoins aussi élémentaires que l’aide manuelle au transit intestinal, la nutrition entérale ou la liberté motrice et psycho-motrice, ou de besoins essentiels comme la stimulation basale ou le respect de la temporalité particulière de ces personnes et par conséquent la possibilité d’une poursuite des apprentissages après l’âge de la majorité civile, l’optimisation des réponses effectives suppose que l’on lutte contre une certaine rigidité réglementaire ou professionnelle. Dans certains autres pays d’Europe, le prendre soin des personnes polyhandicapées est conçu au moyen d’un décloisonnement des attributions professionnelles : les tâches du quotidien sont partagées et susceptibles d’être assurées par tout intervenant, après une acculturation initiale. Alors, « tous soignants, tous éducateurs », au service de la qualité de vie des personnes polyhandicapées ?

Inscriptions : gpf.secretariat@free.fr

Film

Sortie le 5 décembre du film  :

« Marche ou crève »
de Margaux Bonhomme

MARCHE OU CRÈVE met en scène Cédric Kahn (La prière, Vie Sauvage, Un Homme à la Hauteur ), Pablo Pauly ( Patient ), Diane Rouxel (La Tête Haute d’Emmanuelle Bercot), et Jeanne Cohendy dans un très beau long métrage qui vient questionner la manière dont le handicap bouleverse la vie de famille à travers l’histoire d’Elisa, une jeune adolescente de 17 ans qui se retrouve seule avec son père à s’occuper de sa soeur handicapée lorsque sa mère quitte la maison.

Bande annonce : https://vimeo.com/298562005

Collectif Polyhandicap

Le premier COPIL POLYHANDICAP de la « stratégie quinquennale de l’évolution de l’offre médico-sociale » s’est tenu le 6 novembre 2018 en présence de Sophie Cluzel et des représentants de l’HAS, de l’ARS, de la CNSA, de la DGCS, de la DGSCO, de l’Education Nationale…

Après avoir visité les établissements des Amis de Karen/Notre Dame de Joye, les associations représentatives très à l’écoute des propositions énoncées par la Ministre, ont pu faire part des attentes et des besoins urgents des personnes polyhandicapées, par exemple présence de nuit, dans les établissements, d’une infirmière en particulier dans les MAS…

Un document relatif à cette réunion sera adressé par le Ministère.

Collectif Polyhandicap

A quelques jours du COPIL POLYHANDICAP (6 novembre prochain), le Collectif Polyhandicap a adressé un courrier à l’attention de Mme Sophie Cluzel, Secrétaire d’Etat aux Personnes Handicapées, sur la Société inclusive et le Polyhandicap.

Il vise à mettre en avant la spécificité prégnante du polyhandicap et donc de l’accompagnement des personnes touchées. Il met en lumière la nécessité d’adapter le concept de société inclusive au polyhandicap et d’imaginer des solutions qui répondent aux vrais besoins et désirs des personnes polyhandicapées plutôt qu’à une idéologie touchant au dogmatisme.

Ce courrier a également été envoyé à de nombreuses associations, d’administrations et d’organismes concernés.

 

Rapport d’information

Réunie le 10 octobre 2018 sous la présidence de M. Alain Milon, président, la commission des affaires sociales a examiné le rapport de M. Philippe Mouiller, fait au nom du groupe de travail sur le financement de l’accompagnement médico-social des personnes handicapées.

Lancé en janvier 2018, le groupe de travail a entendu les principaux
acteurs institutionnels et associatifs de l’accompagnement médico -social du handicap. Il a examiné l’adéquation de l’offre existante à la demande exprimée par les personnes handicapées et la pertinence du modèle financier qui régit actuellement leur accompagnement.

Plusieurs chantiers ont été lancés depuis quelques années par les Gouvernements successifs pour rendre l’offre médico-sociale plus cohérente avec la réalité des besoins exprimés. Ces chantiers ont introduit plusieurs instruments juridiques et budgétaires (notamment le contrat pluriannuel d’objectifs et de moyens et l’état prévisionnel de recettes et de dépenses), dont l’ambition de recomposition de l’offre achoppe sur plusieurs écueils.

Par ailleurs, la réforme tarifaire des établissements et services médico-sociaux, dont on attend qu’elle substitue à un modèle financier fondé sur la reconduction des dotations historiques un modèle inspiré des besoins réellement constatés, suscite quelques inquiétudes malgré une approbation d’ensemble.

Le groupe de travail a formulé plusieurs préconisations visant à la simplification des structures et des acteurs intervenant auprès des personnes handicapées. Les parcours de ces dernières étant appelés à associer des acteurs de plus en plus divers et de plus en plus mobiles, l’enjeu de leur coordination et de la rationalisation de leur action est déterminant. Il est à cet égard proposé de créer une plateforme territoriale du handicap (PTH), afin de se livrer à un recueil direct des besoins exprimés.

Le groupe de travail s’est également penché sur la question de lasolvabilisation de la personne handicapée et sur le rôle décisionnaire qu’elle est appelée à jouer dans l’élaboration de son parcours. Soucieux de la complémentarité du financement direct de la structure d’accueil et du financement direct de la personne, le groupe de travail a proposé que les termes de leur répartition soient rationalisés, afin d’assurer à la personne la plus grande autonomie possible, tout en lui garantissant un accompagnement adapté.

La commission des affaires sociales a décidé l’adoption du rapport.

Pour prendre connaissance de ce rapport :

Journée régionale Bretagne

Le GROUPE POLYHANDICAP BRETAGNE organise une journée régionale le jeudi 15 novembre 2018 de 9 h 30 à 16 h 30 à l’Hôtel du Chêne Vert à Plérin (22) sur le thème :

Etre élève pour un enfant polyhandicapé, c’est possible
Mais comment ?

A quoi sert la scolarité pour les enfants polyhandicapés ? Que peut-elle leur apporter ? Comment peut-elle être envisagée ?

La scolarisation des enfants en situation de handicap est au cœur de la stratégie quinquennale de l’évolution de l’offre médico-sociale 2017-2021 et inscrit dans la continuité de la loi de février 2005. Depuis le 2 décembre 2016, le volet polyhandicap s’attache à permettre aux enfants polyhandicapés d’accéder aux apprentissages, notamment scolaires, et implique nous nous intéressions de près aux besoins spécifiques de ces enfants en repensant ou en réinventant la scolarisation.

Aujourd’hui, des unités d’enseignement, des « classes externalisées », des temps « d’inclusion » en classe ordinaire… sont autant d’actions qui se mettent en place et qui ouvrent de nouvelles perspectives à tous les enfants polyhandicapés

Programme :

Bulletin d’inscription à télécharger, remplir et renvoyer à l’attention de Catherine Derouette, responsable antenne Groupe Polyhandicap Bretagne : gpbretagne@gmail.com

Handéo’scope

La commission « santé, bien-être et bientraitance » du CNCPH a demandé à Handéo de réunir un groupe d’experts en 2017 pour proposer une analyse, et le cas échéant des recommandations, sur la manière dont cette articulation entre l’aide et le soin se présente de manière spécifique dans le polyhandicap.

En complément, Handéo a réalisé un questionnaire exploratoire fin 2017 auprès des services d’aide et d’accompagnement à domicile (SAAD) confirmant qu’il existe une demande et une offre dans ce domaine, sans toutefois pouvoir la quantifier. Ce questionnaire a été complété par dix entretiens informels auprès de familles et des professionnels.

Ce document restitue ces travaux afin d’apporter un éclairage sur la problématique spécifique du polyhandicap. Il apporte ainsi des éclairages sur les freins et leviers de certaines actions du volet polyhandicap de la stratégie quinquennale de l’évolution de l’offre de service ainsi que sur les expérimentations prévues sur le « baluchonnage » dans le cadre du projet de loi sur « le droit à l’erreur » (article 29).